Projet 365 : juin – juillet – août

J’ai reçu pas mal de commentaires ou mails concernant ce projet, souvent pour m’encourager, parfois pour me rejoindre, et régulièrement pour me questionner.

Donc, 5 mois après avoir décidé ma diète d’achats de vêtements, où en suis-je donc?

Tout d’abord, comme je vous en avais parlé ici, j’ai traversé une période de grosse remise en question sur la place que j’ai donnée ces dernères années à la couture et au tricot. Cette remise en question m’a fait prendre conscience de mon positionnement un peu trop extrême, qui a tendance à bannir le côté plaisir et loisir de ces activités, en privilégiant uniquement les aspects économiques et pratiques.

Suite à cette réflexion, j’ai donc eu un revirement total de positionnement, tout aussi extrême, qui était à peu près ceci : « J’arrête tout, je vais complètement stopper la couture, je vais aller au cinéma, lire, me ballader, et j’achèterais mes fringues sans m’embêter quand j’en aurais envie, sans aucune réflexion derrière, et basta! »

Bon.

En parallèle, j’ai aussi fait le tri dans mes placards, et je me suis rendu compte que je n’avais probablement pas choisi la meilleure période pour faire cette expérience : depuis deux-trois ans, j’ai acheté très peu de vêtements neufs, ce qui fait que je pensais pouvoir sans problème me priver d’achats une année complète. Finalement, ce n’est pas la notion de privation qui me gêne actuellement, mais juste le constat très prosaïque que, après plus de trois ans de « portage » régulier, beaucoup de mes vêtements sont arrivés en fin de course, notamment les basiques achetés dans le commerce. Les pulls tricotés tiennent plutôt bien la route, la plupart de ce que j’ai cousu aussi, mais les jeans, T-Shirts en jersey, robes en maille du commerce sont déformés, délavés ou je ne sais quoi pour une bonne partie d’entre eux. Du coup, j’ai viré quasiment la moitié de ma garde-robe devenue immettable, et là, je me retrouve presque « à zéro ». Il me manque des pulls et gilets fins pour la demi-saison, par exemple, qui ne sont pas tricotable et difficilement faisables, même avec une surjeteuse. D’où aussi mon envie brutale d’aller dans les magasins pour racheter plein de nouvelles fringues sans me poser aucune question d’éthique, histoire de me refaire une garde-robe.

Hélas, arrivée à ce moment de ma réflexion, j’ai été stoppée par deux obstacles infranchissables.

Le premier : ma conscience. J’ai acheté en tout et pour tout 4 fringues depuis le début de ce défi (deux robes, un jean, un T-shirt, donc 4 fringues en 5 mois… Je m’étais fixé un achat neuf tous les deux mois maxi, mhm, pas sûr que je tienne ces objectifs, c’est plutôt mal parti!), et lorsque j’ai vu à quel point j’avais du mal à me décider à acheter, pesant le pour ou le contre durant vingt minutes pour chaque article (utile? futile? utile? futile?), je me suis rendue à l’évidence, je n’arriverais jamais à être une vraie consommatrice. Et j’aime beaucoup trop créer pour me résoudre à acheter du tout fait en quantité.

Le deuxième, beaucoup moins valorisant : mon budget. Bah voui. J’ai un salaire ridicule (eeeh oui, on bosse pas dans le service public pour devenir riche, hein, en tout cas pas dans ma branche et surtout pas en début de carrière!), qui implique forcément que je doive faire des choix. Donc, si je veux me payer de la laine pour me faire un pull en septembre, cet argent-là ne pourra pas me payer en même temps la jolie jupe de chez Smw à 45 euros (glourps!) qui fait battre mon coeur. Sachant que ladite jupe est un rectangle de tissu monté sur une ceinture, je crois que finalement, je vais rester derrière ma machine plutôt que de courir les magasins!

Voyez, en fait c’est ça le piège avec la couture. Une fois qu’on a mis le doigt dans l’engrenage, on ne peut plus l’en retirer. On réfléchis différemment, on imagine différemment, on consomme différemment. En tout cas, moi. Je crois que plus jamais je n’arriverais à être une acheteuse légère, irréfléchie, collectionneuse.

En conclusion, après avoir eu des vélléités de devenir une consommatrice normale, qui n’a pas besoin de (ou préfère ne pas…) faire ses comptes en fin de mois, j’ai été rattrappée par la réalité. Voilà. Je reviens dans le droit chemin : j’ai une machine à coudre, dix doigts et davantage de temps que l’an dernier, je continuerais donc à ne  presque rien acheter et à essayer de faire moi-même. Même si j’ai parfois l’impression de n’avoir que des vieilleries ou du bricolage à me mettre sur le dos. Pour me motiver, j’essaie de me dire que cette année, mes finances seront davantage consacrées à mon appartement (achat de pots de peinture pour les meubles, achat d’une table basse, etc), et que l’an prochain, ce sera le tour de ma garde-robe!

(Par contre, je suis toujours dans une vague descendante concernant mes envies de couture – au moins, de ce côté-là, je réussis pleinement mes objectifs : pas de tissu acheté depuis février, je crois! Pas de motivation, pas d’idées, pas d’envies. Donc je ne me force pas, je vais m’habiller avec ce que j’ai pour terminer l’été, et je pense que le changement de saison aura raison de mon humeur maussade et me remotivera à copiner avec Germaine. D’autant plus que l’automne et l’hiver sont des saisons où je prends plaisir à m’habiller, et que j’ai vu un petit prototype par ici qui m’a soudainement donné grande envie de ressortir mes coupons…)

(heureusement, il n’en est pas de même pour le tricot! Tellement de choses me font envie que je ne sais pas par où commencer!)

 

20 comments

  1. Val says:

    J’ai commencé la couture assez récemment et c’est vrai que depuis j’ai un peu de mal à m’acheter des vêtements dans le commerce. A chaque fois je me dis « Oh ça c’est super facile à faire je vais pas dépenser 30 euros alors que je peux me faire le même pour 3 euros » Même si finalement je ne me fais pas cette fringue par manque de temps ou de patron satisfaisant.
    Donc mon budget vêtement à considérablement diminuer (évidemment compensé par mon budget tissu et laine !)

  2. meringaucassis says:

    et bien on peut dire que c’est une réflexion qui avance et c’est ce qui faut, ne pas être borné mais ouvert d’esprit (et pragmatique). Je pense que tu peux te permettre d’acheter ces fameux basiques et puis continuer à créer à faire ce que tu as envie ensuite en couture.
    Moi aussi je suis un peu dans un flop au niveau de la couture, petite pause je crois, c’est sûrement l’entre-saison qui veut ça 😉
    allez sur ce bon week-end !

  3. perliane says:

    Les tentations sont grandes au changement de saison: que ce soit dans les vitrines, le net ou les magazines!!
    J’étais hier chez MT: des trouvailles fabuleuses…des tissus soldés genre Chanel à 4 euros le m en 140 et d’autres ( au lieu de 13!!)…par contre les cotonnades , rien de correct à moins de 7 ou 8 euros! je te souhaite bonne pioche dans les super soldes, avant la grande arrivée de la collection hiver!

  4. Atypie says:

    Coucou,
    C’est toujours très intéressant de te lire! Comme tu le résumes très bien une fois qu’on a atteint un niveau intermédiaire en couture, on a du mal à acheter des fringues toutes faites. Pour ma part je ressent ça depuis quelques mois, je vois des habits qui me plaisent mais la matière ne me plait pas. Alors j’ai choisi d’acheter différemment. Je regarde les matières, les productions en Europe si possible et pour éviter d’exploser mon budget j’essaie de trouver tous cela durant les soldes. Après je garde aussi en tête que j’aime surtout coudre des robes et des hauts et qu’il me faut bien des bas à assortir avec et des vestes et gilets pour les réchauffer en automne.

  5. sonia says:

    « Une fois qu’on a mis le doigt dans l’engrenage, on ne peut plus l’en retirer. On réfléchis différemment, on imagine différemment, on consomme différemment. » …
    C’est vrais! C’est vrais!

  6. Filomenn says:

    je suis aussi dans un passage à vide concernant la couture vestimentaire pour moi… mais les patrons dear&doe me font par avance de l’œil, ça devrais me remettre sur les rails pour du renouveau, ainsi que le livre carnet de couture qu’on m’a offert récemment !

    pour les fringues, je n’ai toujours rien acheter depuis janvier, c’était un jean à 10€ chez h&m….

    Vivement la rentrée !

  7. Memy says:

    Ta réflexion sur la jupe, je me fais la même régulièrement avec des pulls que je croise, qui me font envie, et pour lesquels je me dis « je pourrais le faire moi-même, et pour le même prix avec un fil de bien meilleure qualité ». Sauf que… ça prend du temps de tricoter, et on ne peut pas le faire pour tout.
    Pourtant du temps j’en ai (pas autant que je le voudrais bien que ne travaillant pas pourtant), et j’aimerais me mettre à la couture. Sans avoir fait la même expérience que toi, j’en arrive à la même conclusion : j’aimerais n’avoir qu’à acheter de bons basiques qui vont me durer plusieurs années et pouvoir créer les pièces plus « tendance » ou « originales » qui me coûteraient bien trop cher (comme toi tout petit budget) à l’achat.

  8. Violaine says:

    Pour le projet 365, moi aussi j’y ai beaucoup réfléchi. Je me permet de te laisser un petit pavé pour te faire part de mon expérience et de mes conclusions. Je me suis appliquée ce projet pendant plus de 8 mois, principalement pour des raisons financières (je suis encore étudiante et j’ai dû faire un stage pendant un an à mi-temps pour un salaire de 200 euros par mois.) Je ne me suis autorisée aucun joker( restriction au niveau des sorties également et j’ai même utilisé mes congés de stage pour aller travailler un peu ailleurs). Le bilan : c’est difficile psychologiquement autant de privation, d’autant plus que la vie nous apporte d’autres soucis supplémentaires. Question pratique, je pense que ça n’est pas très malin non plus : comme tu le fais remarquer, les vêtements du commerce s’usent très vite, et quand on doit les porter très régulièrement faute d’avoir autre chose, on se retrouve rapidement avec des fringues totalement défraîchies. Maintenant, j’ai fait un virage à 360° : si je vois un vêtement qui me plait et s’il m’est utile, je l’achète (en faisant attention à mon budget bien sûr). L’inconvénient, c’est que je suis allée faire une virée shopping il y a quelques jours et je n’ai rien trouvé. La qualité des vêtements est très médiocre ou la forme non adaptée. Et comme toi, je manque de gilet en mailles fines (tissu difficile à trouver et à travailler) et je n’ai pas vu ce type de vêtements dans les magasins actuellement (peut-être en trouve-t-on plus au printemps ?). Donc je me dis que si depuis des mois j’avais été faire un tour dans les magasins, j’en aurais peut-être trouvé un ou deux.
    Par contre, cette expérience m’a permis de constater que les vêtements que j’ai cousus sont encore aussi frais qu’au premier jour. Et ça, ça m’a conforter dans l’idée : être vigilante sur la qualité des tissus que j’utilise. Donc évidemment je continue à coudre, mais pour le plaisir de me faire des vêtements de qualité (qui me reviennent malgré tout moins chers que dans le commerce), vêtements qui durent dans le temps et qui sont à mon goût! Pour la petite anecdote,je suis allée avec un proche lors de cette fameuse virée shopping. Après plusieurs heures à errer comme deux âmes en peine, il s’est tourné vers moi avec un intérêt soudain et m’a dit : « mais toi, tu t’habilles où ? » et il lorgnait sur ma veste. Or c’est moi qui l’ai faite donc inutile de dire que j’étais fière ! Cette remarque m’a également conforté dans l’idée que coudre des petites pièces comme des tops etc.. qui sont surtout destinées à être portés en dessous de pull ou en superposition, ce n’est pas du tout intéressant car ça ne se voit pas, ça ne coûte pas si cher que ça, et ça prend du temps inutilement. Donc mon bilan : faire les magasins plus régulièrement, saisir une occasion quand j’en vois une, et pour la couture : me concentrer sur des pièces qui en valent vraiment la peine !

  9. Valérie says:

    Pour ma part, tu te prends beaucoup trop la tête. La couture et le tricot, ça doit rester un plaisir, pas une corvée. Alors si t’as envie de coudre, tu couds, mais si t’a pas envie, eh bien fait autre chose qui te fait plaisir.
    Et pour les fringues, moi je pense que l’on peut se faire plaisir de temps en temps, si on a le coup de foudre pour quelque chose. Ça ne fait pas de nous des acheteurs compulsifs, si çà reste occasionnel.
    Et pour les « basics », personnellement je fais une grosse razzia sur les jeans et t-shirts pendant les soldes d’hiver, tous les deux ans environ (temps que les vêtements me tiennent, à peu près). Pour l’été, c’est tellement court que les vêtements tiennent beaucoup plus longtemps.

  10. caroline says:

    chuis d’ac avec le comm de valerie ; du temps où je gagnais vachement plus j’achetais eneormement et je passais mon tps à donner .
    auj, j’ai moins, j’achete donc moins mais j’ai aussi revendu ma machine à coudre parce qu’à la fin ça devenait un esclavage et plus un plaisir. perso, je fais comme cela : je profite des soldes pour acheter à donf collants, jeans, tee shirt, pulls et autres chez les marques que je connais (notamment GAP et zara dont je ne suis jamais deçue, contrairement à H et M)), j’achete souvent en decalé (des collants en eté et des tisheurte basic en hiver), les chaussures chez qq boutiques où j’ai mes habitudes à moins 50, parfois, je tape ds les rayons hommes ou enfant (quand on est pas grande ça vaut le coup). et j’evite les achats à la gomme style « waouh, le sac en tissu à 8, 75 »; on le porte deux fois et on s’en lasse ….

  11. aurelie says:

    hello !
    j’ai un peu honte d’avouer que je fais tout l’inverse de ta réflexion ! j’achète souvent du tissu (je le collectionne malgré moi, je me dis que le tissu qui m’a tapé dans l’oeil ne sera peut-être plus là dans quelques semaines), j’accumule aussi la laine (ce gilet ou cette écharpe me tentent sauf qu’entre l’achat et le « portage » du vêtement … le temps passe) et malgré ça je fais quand même du shopping (oui oui … j’ai honte ! surtout que mon budget est loin d’être illimité : emploi précaire, compagnon qui finit tout juste ses études). Ton projet semble assez contraignant, mais j’ai l’impression qu’en fait il découle de ce que tu faisais déjà. Pour une fille pas raisonnable comme moi c’est super intéressant de connaitre ta réflexion la dessus, pourvu que ça m’influence 😉 en tout cas ça fait cogiter !! (j’essaie déjà de réfléchir avant un achat, cas typique : la jupe « smw » ! « mais oui je peux faire ce t-shirt/robe/gilet » et des fois je n’achète ni le vêtement ni le tissu ! wouhou !
    Passes un joli mois de septembre, l’automne et l’envie de coudre arriveront peut-être ensemble ?!

  12. Bellibellule says:

    Moi, je ne suis pas une grand modeuse, hors vêtements basiques, j’achète rarement car je me pose toujours des questions existentielles très souvent liées au prix (soucis d’économie -voire radinerie- et d’éthique mélés). Depuis le début de l’été, je ne tricote plus car j’ai plutôt envie de décorer notre maison (avec des objets recyclés de la famille ou de vide-greniers quand même !) et j’ai mis de côté l’apprentissage de la couture. Je tourne donc avec ce que j’ai et je me suis rendue compte qu’il fallait faire un sérieux tri ! Enfin, l’automne arrive avec la rentrée et je sens que mes doigts me démangent …

  13. Marikyou says:

    Moi je n’ai jamais eu autant envie d’acheter des fringues que pendant la période où je bossais à temps partiel (et donc budget limité). Peut être que ton projet 365 agit de la même façon, il fixe une limite à ne pas franchir. Forcément çà démange, et c’est à ce moment là qu’ on en a envie… Tu dis toi même que tu achètes peu de vêtements neufs depuis 2, 3 ans. Tu as peut être même respecté ton quota l’année dernière sans même te poser la question. Si tu veux suivre ton objectif pense au site de vide dressing, où il y a surement plus de fringues (et plus récentes) qu’à Emmaüs. Voilà, sinon petite réflexion concernant le neuf, j’attends généralement les soldes pour acheter mes basiques dans des magasins plus chers mais avec des produits de meilleure qualité (ras le bol des T-shirts pas chers mais avec les coutures qui « tournent » après 2 lavages en machine).
    Bonne chance en tout cas, pour au choix: la réussite pour le P365 / ou la super journée shopping, le retour de l’inspiration en couture, la multitude de projets tricot, l’avancée de tes travaux déco

  14. Ms Bimbamboum says:

    Kikou Félicie,

    c’est rigolo parce que je pense que nous avons toutes eu cette réflexion un jour ou l’autre. Personnellement, je ne couds pas, mais je tricote et je crochète. Depuis que je me suis mise à fond dans le tricot, je m’achète bcp moins de fringues, car je préfère consacrer mon petit budget shopping à de beaux écheveaux plutôt que d’aller en magasin pour rentrer avec un truc mal coupé. Mais force à été de constater que pour moi les activités manuelles doivent rester un plaisir, elles prennent du temps et à un moment donné il faut faire un choix rationnel : j’ai besoin d’un gilet: est ce que je me le tricote pdt 2 mois (et du coup ce sera trop tard pour le mettre) ou est-ce que j’en achète un tout fait ? Je pense que tout dépend de son niveau de maîtrise (parce que une chose est sûre: on ne portera pas du tout un gilet tricoté foiré ) mais également du rapport qualité prix (par ex: Phildar avait lancé les pulls en cachemire à tricoter pour 220€…bon ben à ce prix là, c’est évident, vaut mieux aller s’acheter un cachemire chez Bompard!). Je pense que l’essentiel c’est de trouver un juste équilibre entre le côté fun que tu veux garder par rapport à la couture/ tricot (parce que si cela devient une obligation, tu risques d’être frustrée), au temps que tu souhaites y consacrer, et surtout au choix des projets (par exemple, j’essaye de tricoter des modèles basiques un peu intemporels pour pouvoir les garder plus longtemps).
    Voilou, j’espère que cela t’éclairera un peu plus!

  15. Kelonia says:

    Ouh la la, comme ça a l’air de te compliquer la vie cette ligne de conduite! Moi, je trouve le projet très beau, et éthique. J’y vois en plus un excellent moyen de conjuguer son plaisir (coudre, tricoter) et son intérêt (s’habiller et si possible pour pas cher)…mais s’il doit y avoir dans tout ça, plus de frustration, d’incertitude, de mauvaise conscience qu’il n’y en a pour une consommatrice classique…je serais tentée de dire : ohhhh la, tout doux, on s’emballe pas! Pourquoi ne pas essayer de tout concilier? le tricot te motive : tricote. La couture ne te tente pas en ce moment : shoppe. Pour faire bref (ce n’est pas ma spécialité cependant) l’idéal ce serait de se faire plaisir sans exagérer ni dans un sens ni dans l’autre. Voiloù! …m’enfin, ce n’est que mon avis…bises! 😉

  16. Gwendolyn says:

    Fais du shoping et achète ce qu’il te plaît, je suis certaine que l’inspiration reviendra et que tu auras envie de coudre le haut pour aller avec ta nouvelle jupe (même si je suis d’accord celle de smw, tu peux la faire sans problème). Lorsque j’achète un vêtement, je pense souvent à ce que je vais coudre/tricoter pour aller avec et donc je limite l’achat d’une tenue complète 😉

  17. Marjolaine says:

    Comme beaucoup de tes lectrices, je rejoins tes réflexions, elles correspondent à des choses que je ressens. Notamment le fait de passer 20 minutes un vêtement à la main en me demandant « utile/futile ? », ou l’impression de me faire rouler si un vêtement coûte plus de 20 €…

    Alors oui, ma garde-robe me paraît parfois bein vide certains matins. Je la complète avec des achats en brocante, ou dans des enseignes de seconde main genre Chercheminippes (super adresse parisienne que tu connais peut-être et que je te conseille sinon). Et j’essaie de ne jamais perdre de vue que je préfère le « moins mais mieux ». J’ai acheté UN top dans le commerce ces deux derniers mois : un seul, et j’ai réussi à croiser une nana dans la rue qui avait exactement le même. J’avais oublié comme c’est désagréable !

    Fais-toi plaisir, ne rationalise pas les choses à l’excès, contente-toi d’être motivée par l’envie !

  18. Eloïse says:

    Bonne suite dans ton projet, toujours un plaisir à lire tes textes fluides et bien rédigés. J’adore Somewhere, plutôt bonne came, mais ils craquent parfois sur leurs prix, surtout en terme de basiques…en période de soldes par contre, on peut faire de belles affaires. Au plaisir de te lire bientôt, et peut-être de voir à l’écran quelques créations !

Laisser un commentaire