Patron : Burda, juillet 2008 ■ Tissu : Mondial Tissu

Mon petit chouchou de l’été… Patron top + tissu extra = le petit haut parfait.

Concernant le patron, Sabine me l’avait envoyé en échange d’un autre Burda, et, depuis bien un an que je l’ai, je tournais autour régulièrement, en cherchant avec quel tissu je pourrais bien le faire. Il fallait un jersey souple, mais pas trop léger, avec un minimum de tenue, et, au départ, j’avais résolument opté pour un uni, afin de bien mettre en valeur les petits plis devant.

Le tissu pour lequel j’ai finalement tranché n’a rien à voir avec un uni, vous en conviendrez… Je l’ai trouvé chez Mondial Tissus au printemps dernier. Devant le prix du mètre, 14€, j’avais longuement hésité à le prendre. Mais il était tellement joyeux, coloré, doux, fluide, de tellement bonne qualité, que je n’ai pas pu me résoudre à partir du magasin sans. J’en ai juste pris un mètre, en me disant en moi-même que c’était probablement une bêtise et que je ne pourrais pas faire grand’chose avec un seul mètre de jersey, et, qui plus est, aussi bariolé… Mais bon, voilà, entre lui et moi, c’était le coup de foudre, impossible de raisonner : il me le fallait, point.

(Oui, j’ai ressorti mes sabots de presquedamedelacantine, pour le plus grand plaisir de Monsieur…)

Et donc, un jour, s’est fait dans mon esprit la rencontre patron/tissu. Au début, bof, un truc aussi bariolé, on ne verra jamais les plis, c’est un peu bête… Et puis, à force d’y penser, ça a fini par être une idée fixe, et j’ai voulu tenter. Au final, même si je persiste à penser que le plissé serait bien plus visible sur un tissu plus discret, je ne trouve pas ça si mal.

Et le mieux,ce n’est pas de le regarder, mais de le porter, ce petit haut. La coupe est un peu ajustée donc féminine, mais plus vague sur le ventre, ce qui occasionne de petits courants d’air fort appréciables pendant les grosses chaleurs! Et le tissu est doux, mais doux… J’ai presque envie de dormir avec, tiens!

Bon, après, il n’a pas que des qualités, hein. Parce que, ces fameux petits plis tout mignons, ben je peux vous dire que c’est légèrement pénible à coudre, surtout sur du jersey bien fluide et souple… Et je ne vous parle pas du repassage, au cours duquel j’ai carbonisé plusieurs extrémités digitales, hum.

Mme Burda imposait de mettre un système de bretelles comme sur les soutien-gorge : j’ai essayé, c’est vrai que c’était super joli et très raffiné, ça faisait très pro, mais en pratique, c’était impossible sur un tissu comme le mien. Le jersey, c’est extensible, et lorsqu’on a tout le poids d’une pièce sur de fines bretelles, comme on pourrait s’y attendre, ça tire beaucoup sur lesdites bretelles, et ça déforme le motif qui devient tout moche. Sans parler du risque de distendre petit à petit les bretelles, et de se retrouver avec un décolleté au niveau du nombril après deux-trois portés.

Devant ce grave problème, j’ai eu un long moment de découragement. C’est bête, hein, après tout le mal que je m’étais donné avec ces petits plis, je pensais avoir fait le plus dur, et je n’avais absolument pas anticipé devoir tout découdre (parementures et bretelles). Je n’avais aucune idée de la façon dont régler le problème, en bref, j’étais très démotivée. Rassurez-moi, ça vous arrive aussi? Vous avez fait un super truc, toutes les étapes importantes et difficiles ont été franchies victorieusement, et, à la fin, vous butez contre une petite finition toute bête, qui vous dégoûte durant plusieurs jours, alors que vous étiez toute proche de la victoire… J’ai laissé le petit haut en plan sur ma table de couture, je suis partie une semaine à Nancy, et, en revenant, eurêka, j’avais ma solution!

Bon, je dois avouer que je ne l’ai pas trouvée toute seule… Quand j’en ai parlé à ma copine Emilie, elle m’a répondu illico : « Bah, t’as qu’à les coudre sur du gros-grain! ». Quand j’en ai parlé à ma copine Marion, elle s’est exclamé prestissimo : « Bah, t’as qu’à les doubler! ».

Ah, bah ouais. Hum. C’est bien, hein, après dix ans de couture, on peut encore chercher pendant des heures une solution, pour un problème tout bête, qui apparaît très facilement résoluble pour d’autre!

Au final, j’ai mixé les deux solutions : j’ai décousu les bretelles et ai passé un ruban de satin dans chacune. Et voilà, le problème était réglé. Suffisait juste d’y penser. Merci les copines!

A part cette révélation fantastique de la possibilité de doubler des bretelles, que je n’aurais sans doute jamais eu sans l’aide de ce gentil patron, il m’a servi à autre chose : confronter une nouvelle fois Marguerite à l’épreuve du jersey! Eh bien sachez que ma chouchoute s’est fort bien comportée. J’ai pris un point zig-zag tout simple, car je n’étais pas convaincue par les points spéciaux sur mon tissu. J’avais utilisé un point spécial stretch, avec succès, pour ce gilet, dont la maille était beaucoup plus fine, mais sur un jersey plus épais, le résultat n’était pas assez élastique, trop rigide à mon goût. Bon, je pense que ça aurait mérité que je m’attarde un peu plus longuement sur les réglages, en variant longueur et largeur, j’aurais sans doute trouvé le point parfait, mais que voulez-vous, j’étais impatiente de commencer, j’ai un peu négligé ça et ai opté pour la facilité! La prochaine fois, promis, je trouverai le point parfait!

Merci encore à Sabine, qui se reconnaîtra, pour ce joli patron!

(Les photos ne sont pas extra, prises à la va-vite, et on a connu texte plus intéressant, désolée… Mais j’ai eu plein de choses à faire pour le déménagement, je n’ai pas pris trop le temps de fignoler… D’ailleurs, ce message est programmé, parce qu’on est en plein dedans!! Ca y est, la machine est emballée dans trois couches de papier à bulles, les patrons compulsés dans un carton, à côté des pelotes de laine, et je trépigne à l’idée de déballer tout ça dans un nouvel environnement la semaine prochaine!! Pensez à ma pauvre Félicie, toute déboussolée par ce grand changement… Pauvre minette…)

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Rangé dans : Burda, Couture