Prendre du recul.

Vous avez été assez nombreuses à m’écrire un petit mot pour me demander de mes nouvelles, vous inquiétant de mon silence ces derniers mois. Alors, rassurez-vous, je me porte comme un charme, ma petite famille aussi, Félicie a toujours bonne patte bon oeil, et aucun projet de petit troiz’ ne vient pomper mon énergie! Non, comme certaines s’en sont douté, la raison qui m’a donné envie de fermer cette parenthèse pour un moment, c’est juste que j’avais envie de m’extraire un peu de tout ça, du blog, d’instagram, trop chronophages et sources de frustrations.

Au départ, je n’avais pas l’intention de m’étendre ici sur le sujet. Mais finalement, comme depuis un moment, j’ai envie d’écrire  sur le blog à propos d’autres choses qu’exclusivement de couture et de tricot, je me suis dit que ce « témoignage » ferait peut-être une intéressante base de discussion, et que vos retours me donneraient sans doute encore de quoi nourrir mon propre cheminement.

Il y a quelques mois, j’ai pleinement pris conscience de la toxicité qu’exerçait instagram sur mon quotidien. Je n’en étais pas une utilisatrice assidue, mais je fréquentais tout de même ce « réseau social » suffisamment pour en être influencée. Je ne suis pas une personne particulièrement sûre de moi, je suis très perfectionniste et exigeante avec moi-même, et voir en permanence ces belles images de vies parfaites (même si je ne suis pas crédule et que je sais bien qu’il ne s’agit que d’une façade) commençait à me donner le bourdon. Je m’étais abonnée à des comptes de couturières prolixes, de mamans montessioriennes, de chineuses designeuses, de cuisinières vegan, de yogis expérimentées, et j’en passe. Forcément, aucune personne ne peut prétendre être tout ça en même temps. Mais, évidemment, mon cerveau et mon inconscient, eux, ont commencé à être persuadés que je n’en faisais pas assez, que je ne faisais pas assez bien, que ma vie à moi était inintéressante, mon logis moche, mes petites cousettes sans intérêt, etc, etc.

Parallèlement, sans que je m’en rende compte, je me mettais beaucoup de pression pour continuer à faire vivre ce blog, et donc pour avoir un contenu intéressant à exposer régulièrement ici, tout en ayant mon habituelle exigeance concernant le texte et les photos. Evidemment, je ne trouvais le temps ni de coudre, ni de tricoter, ni de lire, puisque le peu de temps que je réussissais à dégager une fois les enfants couchés, j’avais de plus en plus tendance à le passer scotchée à mon téléphone.

Je précise, encore une fois, que je n’ai jamais eu l’intention d’utiliser ma présence sur internet à une quelconque fin professionnelle ou rémunératrice : cette pression et ces exigences n’avaient donc aucune justification valable, j’avais tout simplement perdu de vue le plaisir que j’avais eu jusque là à écrire et partager par ce biais, en grande partie parce que je me trouvais beaucoup trop influencée par le matraquage visuel que j’imposais à mon cerveau.

Et puis, à force de toujours avoir en tête ce que faisaient les autres, je ne savais plus ce que j’avais envie de faire moi-même. L’inspiration n’était plus au rendez-vous, je me trouvais influencée par ce que je voyais, et, sans le vouloir, je me trouvais attirée par des choses qu’en temps normal je n’aurais pas aimé ou pas trouvé intéressantes, simplement parce qu’à force de les voir, je finissais par être persuadée que c’était la bonne chose à faire/coudre/penser/acheter/lire. Moi qui avais réussi, avec difficulté, depuis la fin de mon adolescence, à accepter mes particularités et à considérer ma singularité comme une richesse, en les revendiquant discrètement, je me trouvais totalement perdue dans la masse, oubliant en partie mes propres goûts, préférences et références personnelles.

A un moment, j’en ai eu assez.

J’ai eu envie de m’extraire de tout ça. J’ai désinstallé l’application d’instagram, et j’ai laissé mon blog au repos sans aucune culpabilité. Et pendant quatre mois, j’ai juste renoué avec mon quotidien à moi, sans aucune influence. J’ai pris le temps de vivre les choses sans penser toujours à en faire plus ou à les faire mieux, j’ai pris le temps de fortifier des amitiés réelles, j’ai repris un rythme de lecture régulier, j’ai un peu cousu, sans me dire que j’allais en faire un article, j’ai un peu tricoté, juste parce que j’en avais envie, et j’ai réalisé que ma vie est très belle telle qu’elle est, que rien n’est parfait, que je n’aurais jamais certaines choses et que je ne serais jamais une autre personne, mais que finalement ça me convient très bien comme ça.

Et j’ai aussi beaucoup réfléchi à ce qui me plaisait vraiment dans cette « vie virtuelle ». Il y a avant tout l’idée égoïste qui m’a motivée depuis le début à tenir un blog, celle de garder une petite trace des choses que je fais, et d’avoir un terrain de jeu pour laisser libre cours à mon écriture. Et puis, juste après, il y a le plaisir de partager et de discuter avec des personnes bienveillantes sur des sujets qui me tiennent à coeur, tels que la couture, la lecture, le tricot, et un certain mode de vie. Un mode de vie qui tend à se dégager de la consommation, qui vise à un quotidien simple et respectueux. Pas un mode de vie parfait, qui rentre dans un hashtag à la mode, pas un quotidien exemplaire, juste une vie raisonnée. Et cette vie raisonnée, elle passe par davantage de distance avec internet et ses sirènes.

Une fois cette réflexion menée, c’est comme si je me donnais l’autorisation d’être une dilettante dans cette sphère virtuelle. J’ai décidé de ne plus accepter aucun partenariat, de ne plus trop regarder ce que font les autres, et de ne me fixer aucun objectif et aucune régularité.

Ma priorité absolue, c’est ma vie personnelle, ma vie de famille et dans quelques temps, mon retour à une vie professionnelle que j’apprécie et qui se situe à mille lieues de tout ça. Je n’ai pas envie d’être une starlette de la couturosphère et de coudre plus de vêtements que je ne pourrais en porter en un siècle, ni de voir le visage de mes enfants servir de publicité gratuite pour une marque d’électro-ménager en échange de quelques bons d’achat. Alors, si mes photos sont moches, ma présence irrégulière, et mes cousettes totalement hors-mode, en fait, je m’en fiche. Et si plus personne ne me lis (sauf vous!), eh bien, je m’en fiche aussi, na!

Une fois cette mise au point faite avec moi-même, est revenue l’envie de venir de temps en temps écrire ici. Pas seulement pour exhiber mes modestes talents de couturière et tricoteuse, mais aussi pour reprendre mes petits articles « inspirations de la semaine », mes extraits de livres, et, pourquoi pas, parler de tout autre chose si l’envie m’en prenais.

Bon, si l’envie est revenue, le temps, lui reste encore caché dans un coin entre l’aspirateur et le coffre à jouet, donc ne vous attendez pas à une salve d’articles dans les semaines à venir!

Je serais heureuse de lire les commentaire que cet article soulève en vous, qu’ils abondent dans mon sens ou soient à contre-courant. Ce sujet me semble être assez contemporain, je suis donc intéressée de savoir comment d’autres gèrent cette omniprésence du numérique et du visuel dans nos vies – je suis quasiment certaine de ne pas être seule à passer par ce genre de réflexion… (rassurez-moi, je ne suis pas la seule, hein?!)

This entry was posted in Humeurs.

73 comments

  1. servane says:

    Ton article très complet et intéressant. C’est chouette de garder ce blog comme un journal de tes créations.
    Tu as raison de vouloir garder le plaisir, seulement le plaisir de coudre, de créer, de tricoter, de penser, d’écrire..!

    • Mathilde says:

      Bonjour Mathilde,

      Heureuse de voir que tout va bien pour toi et que ce sont ces raisons-là qui t’ont éloignée des réseaux. Merci pour ce partage, l’utilisation d’Instagram me questionne également beaucoup en ce moment, pour ces mêmes raisons d’influence, de sponsors … Pour le moment, regarder les cousettes des autres me fait encore rêver (moi qui n’ose pas me lancer en couture), et en matière de tricot cela me permet d’être inspirée et d’échanger avec d’autres passionnées (particulièrement pratique quand j’ai un souci avec patron, étant la seule à tricoter dans mon entourage haha). Je crois que l’important est juste de faire ce qui nous fait du bien, et pour moi d’arriver à être acteur du moment présent (particulièrement vrai avec les enfants je trouve). Au plaisir de te lire quand tu auras plaisir à écrire 🙂

      Une autre Mathilde 🙂

  2. Couture en coulisse says:

    Et bien moi je suis ravie de te lire !!! De voir d’abord que tu vas bien même si on ne se connaît absolument pas mais néanmoins je prenais plaisir à lire ton blog quelque soit les articles … alors je suis ravie s’il’revit à ton rythme ! Pour le reste j’utilise les réseaux, j’essaie de prendre du recul, de garder ma singularité qu’elle plaise ou non, mon envie nést que lier au partage !!! Pas à l’etalage !!!

  3. Géraldine says:

    Il m’a fait beaucoup, beaucoup de bien ton article!!! C’est exactement ce que je ressens: j’ai envie de lire, de tricoter, de faire du yoga, de profiter de mes loulous… or tout ce temps passé sur les réseaux sont finalement du temps en moins passé à faire ce que j’aime vraiment… Mais c’est plus fort que moi j’ai envie de garder le contact avec mes copines de tricot, du coups j’ai mis des notifications lorsqu’elles publient quelque chose pour me tenir au courant. C’est grave Dr ??!!

  4. Quand le chat n'est pas là says:

    Coucou Mathilde,
    Que tu écrive ou partage à partir de l’élan du cœur est la chose la plus importante à mes yeux. Et si c’est au rythme de deux fois par an c’est OK. J’applique le même raisonnement pour moi. J’ai plaisir à partager mes creations sur ig, à m’inspirer des autres et en même temps je tâche d’être à 100% presente à ce que je fais en dehors (portable systématiquement en silencieux par exemple).
    Je t’embrasse !
    Au plaisir de te lire

    Tiphanie

  5. Isacoolpix says:

    Heureuse de te lire…. et tout comme toi je me compare et ça ne me provoque pas seulement de bonnes choses… du coup j’ai prévu aussi une cure de désintox…si si… et de revenir quand je serai calée… merci de ce partage sur la joie dans l’imperfection si…parfaite pour nos coeurs…et bel été à toi…et toutes…

  6. Cécile says:

    Que je te rejoins sur ce sujet…..Aurais-je le courage de couper le cordon/cable qui me relit à ce monde si vaste, si riche, si poétique et si vertigineux ? Quand je réfléchis à la question, je me fais peur. Il me suffit de compter le nombre de fois où j’ouvre l’application instagram dans la journée.
    C’est effrayant.

    @jaunemoutarde

  7. Francoise W. says:

    Bonjour Mathilde,
    Tu n’es pas la seule à faire ce genre de réflexion. Quelques bloggeuses évoquent ce ras-le-bol de l’instantanéité facteur de frustration voire de méchanceté gratuite en particulier sur Insta. C’est étrange comme ce réseau cristallise tout ce qui est négatif dans l’esprit humain : l’envie, la bêtise, le moutonnisme, la méchanceté désolée d’y revenir. Finalement tu as eu une réaction très saine par rapport à cette vie virtuelle qui n’est pas la vraie vie : l’éteindre…et revenir dans le réel.
    Surtout ne change rien, écris nous tes jolis billets de temps en temps, ils sont inspirants et rafraîchissants.
    Merci pour tout ça…

  8. Malicia says:

    Bonjour Mathilde,
    Je me retrouve dans le côté « arrêter de se mettre la pression », j’ai de jeunes enfants, un travail à plein temps, du temps de transport quotidien.. Et en fait, ça va bien mieux depuis que je n’essaie pas en plus de caler à tout prix la séance de sport, des sorties, de la couture.. Mon quotidien n’est peut-être pas toujours flamboyant mais il me convient
    Je te conseille la lecture de Foutez vous la paix et commencez à vivre, de Fabrice Midal.
    Je suivrai toujours ton blog avec grand intérêt. Bonne continuation

  9. Nadine faivre says:

    Ça fait très longtemps que je suis ton blog avec intérêt et c’est vrai que la lecture de ces blogs étaient toujours plus riches qu’une photo ideale sur IG, même si bien sur il y a aussi sur les blog un côté monde idéal. Je suis sur IG depuis 18 mois seulement. Et je me rends compte aussi du temps que cela me prend de regarger ce défilé permanent. Je ne partage que mes cousettes et tricots, mais j’avoue commencer à ressentir ce besoin de poster une photo regulierement, comme si mes cousettes étaient plus importantes si elles étaient plubliées… Tu as raison, prennons un peu de recul et vivons comme nous l’entendons avec parfois (souvent ?) des coups de mou, des enfants capricieux, des repas déséquilibrés, des soirées télé pourries et un job qui nous frustre. Et alors ? Profitons à fond de cette vie là car c’est la nôtre ! Je m’effraye aussi pour la génération de nos enfant si nous même, qui avons vecu autre chose avant, sommes si accros aux réseaux er au regard des autres …
    A bientôt sur ton blog !

    • mathilde says:

      C’est tout à fait ça : autorisons-nous à vivre ce qu’on a envie de vivre, et tant pis si ce n’est pas parfait!
      Concernant les enfants, c’est aussi une des raisons qui m’a poussé à stopper beaucoup les écrans. En ce qui les concerne, il n’y a pas d’écrans (on a pas de télé), alors je trouvais un comble d’avoir si souvent mon téléphone à la main! Encore une fois, je n’étais pas du tout addict ni extrême, mais c’était déjà trop pour moi.

  10. Paulonie says:

    Mathilde
    Tu es la seule blogueuse auquel je lis tt ses articles, j’aime ta façon d’écrire et la douceur qu’il en ressort.
    Te lire c’est comme aller chez une bonne copine avec qui l’on se pose pour boire un thé assise n’importe comment dans le canapé et être bien à papoter sans jugement.
    Je suis heureuse de lire surtout que tt va bien pour toi,et ton envie de simplicité de parler de tt et de rien est au fond une continuité, garde ta liberté d’écriture.

    • mathilde says:

      oh, c’est tellement gentil! C’est exactement ce que j’ai envie que mes « lectrices » ressentent! Merci mille fois de ton commentaire, ça me donne envie de continuer! 🙂

  11. Fanette says:

    Bonjour Mathilde ton message et très touchant et tellement vrai. .. j aime aller sur instagram voir les créations des autres couturières, brodeuses cuisinières. .. j aime coudre broder tricoter cuisiner et j aspire à une vue plus seine naturelle avec moins de déchets et de gaspillage. …. mais je suis toujours frustrées car leurs photos sont belles les tenues bien cousues les tricots très vîtes tricotés alors qu il me faut 2 mois pour crocheter un plaid. Qu elles cousent vîtes… bref je ne poste jamais ce que je fais car j ai toujours l’impression que ce n est pas assez bien.. et je trouve ça fort dommage car mes amis me felicitent souvent. Tu as raison de prendre du recul. Je devrais faire pareil car en realite on ne nous demande pas d être parfait mais juste de partager et d échanger sur nos passions. J espère continuer à te lire . Bonne journée fanette

  12. Fantine la lune says:

    Salut Mathilde, j’ai pris plaisir à lire ton article. Je partage ton point de vue. Les courants sociaux sur insta te vendent toujours LA chose à coudre, à voir, à lire et à manger ce qui n’empêche pas ces choses de disparaître au profit d’autres quelques semaines après. C’est un phénomène de consommation à l’allure effrénée que je trouve un peu écoeurant. Insta doit être une petite bulle d’oxygène mais il faut faire attention à ne pas devenir addict et surtout à se faire influencer. Je préférais de loin le temps des blogs où les pratages me paraissaient plus vrais. Je n’en ai pas moi même et je comprends qu’un blog soit chronophage alors merci à toi de venir poster un article de temps à autre sur le tiens quand tu peux et à ton rythme bien sûr. Passes un excellent weekend.

  13. kiki34 says:

    Bonjour Mathilde, que ça fait plaisir de te relire!! On ne se connait pas, mais j’avais la crainte qu’il soit arrivé quelque chose, me voilà rassurée. Ce que tu dis….c’est la raison pour laquelle je n’ai ni blog, ni compte quelconque, ça peut paraitre égoïste, mais je suis si peu sure de moi, que je m’abimerais dans le doute et l’angoisse de mal faire. Cela ne m’empêche pas de partager quelque chose… avec les mots . Ce que je n’ai pas réussi encore à faire, c’est m’astreindre à un temps imparti pour la lecture des blogs et autre, donc ça dérape souvent 😀

  14. Camille says:

    Je suis contente de voir que tu vas continuer à écrire ici, même si ce n’est que de temps en temps!
    IG j’ai à peine mis le pied dedans, je me contentais de regarder quelques comptes sans être moi-même inscrite, mais depuis peu ma tablette vieillissante ne me permet plus d’y accéder, alors le sevrage est un peu forcé!

  15. sophie says:

    Coucou. Alors tout d’abord je suis inscrite à ta newletter depuis des années Et j adore tes articles. J’apprécis beaucoup ta façon d’écrire et le ton que tu donnes à tes articles.félicitations pour tout ça! Pour ma part je regarde insta uniquement tricot et couture et je n’ai pas beaucoup d’abonnement pour ne pas trop être happé par insta puis je change régulièrement mes abonnements comme ça cela me fait voir d’autres choses. je ne poste pas sur mon compte ( une façon de me préserver). Juste je regarde et de temps en temps écrit des commentaires. De même pour les podcasts je regarde mais ne pratique pas la  » chaîne youtube » mais tout comme toi je me suis aperçu du pouvoir de frustration et de consommation des « updates ». Merci pour cette article très intéressant qui m’à ouvert les yeux sur certaines choses ! Comme quoi ma vie de maman de 2 enfants avec mari et vie professionnelle est plutôt pas trop mal réussi!!! Merci à toi bisous et à bientôt (quand tu en auras envie).

  16. Mumu du 35 says:

    Quel soulagement de te relire enfin , je le demandais vraiment quelle pouvait être la raison de ce silence , tout va bien et c’est le principal .
    Comme toi , j’aime immortaliser mes créations sur les réseaux sociaux pour qu’il reste en effet une trace mais de là à tenir un blog régulier , quelle contrainte .
    Merci encore pour tes articles , je t’embrasse même si on ne se connaît pas , profites bien du temps passé avec les enfants avant la reprise du travail .

  17. Mélodie says:

    Quel joli cheminement intérieur!
    Je lirai cet article à la grande Mathilde de 18 ans car ce questionnement, ce désir de vivre Carpe diem et reprendre possession de sa vie est admirable.

  18. Confetti says:

    Bonjour Mathilde,
    Tou d’abord moi aussi je partage la joie de te lire de nouveau. Cette absence m’a souciée. Ravie de savoir que tout va bien, voire même très bien. C’est en effet le principal.
    C’est la première fois que je t’écris, pourtant je te lis avec plaisir depuis plusieurs années. Tricoteuse débutante au début j’ai nettement progressé au fil de mes lectures de blogs personnels. Je dois reconnaitre qu’il y a un côté motivant à vouloir moi aussi « produire » ou « reproduire » les modèles. Le tien est finalement le seul que je suis avec attention. En effet, on se sent vite dépassée par toutes ces merveilleuses réalisations défilant sous nos yeux. Moi aussi j’ai l’impression que le temps me manque. Cependant ton blog est nettement différent des autres? On y ressent de la simplicité et de la chaleur. La diversité des articles nous ouvre vers d’autres centre d’intérêt. Et je dois bien t’avouer que c’est un peu grâce à toi que je délaisse mes aiguilles pour ma machine à coudre. Je débute, je progresse mais quel bonheur d’enfiler ses propres vétements.
    Bref Merci à toi. Au plaisir de te lire de nouveau (Moi aussi je suis Lorraine !)

  19. Christine says:

    bonjour mathilde
    contente de te retrouver apres ta longue absence.
    Je suis entièrement en accord avec toi , je trouve que ces réseaux sociaux sont très superficiel est pousse les personnes qui y sont accro, a continuellement comparer ce qu’elle font a ce que font les autres . C est le règne de l’apparence et ça ne reflète pas la réalité de la vie de ces personnes mais juste l’ image qu’ elle veulent donner. je ne suis pas a l’aise avec ça, donc je ne suis pas sur IG
    en tout cas bonne continuation a toi et vive la liberté de création!

  20. M.B says:

    Bonjour.Votre blog et votre compte instagram sont pour moi , des bulles de fraîcheur et de singularité ,J’ aime la simplicité et la franchise de vos propos et suis vraiment contente de votre retour.Je vous lirai donc maintenant au rythme que vous adopterez…

  21. Cloé says:

    Bonjour Mathilde,
    Je vais reprendre le travail en septembre après la naissance de ma fille et dans cette perspective je me rends compte du temps énorme passé sur Instagram. Je ne suis ni blogueuse, ni influenceuse, juste une micro mini compte qui parte ses créations. Et pourtant, sur Instagram, j’y passe des heures. Je ne suis pas prête à la supprimer car cette application reste une grande source d’inspiration.
    Je ne sais pas comment je vais gérer cela. Peut être en me limitant à ouvrir l’application lors des temps de transports? Pour cela il faudra que je change son emplacement sur mon téléphone…car mon pouce connait le chemin tout seul!!
    Bonne continuation à toi et ce sera un plaisir de te retrouver, aussi irrégulièrement que ce sera.

  22. Touchatout says:

    Oh non tu n’es pas la seule Mathilde! Je suis bien d’accord avec ce que tu dis… Et ce n’est pas si simple de résister les tentations sont bien présentes! Merci pour le partage! Au plaisir de te lire…plus tard! Passe un bel été!

  23. Alice says:

    Bonjour Mathilde,
    Moi, je suis surtout rassurée de savoir que tout va bien pour vous, votre famille, que ce silence était choisi et qu’il vous a fait le plus grand bien.
    Je comprends fort bien ce sentiment « que tout est mieux ailleurs » et je partage à 100% cette impression de passer parfois à côté de bons moments à force de passer trop de temps à regarder ce qu’il se passe chez les autres.
    Je lis moins, je perds un temps précieux mes jours de repos à dérouler mon fil Instagram et mon fils de 9 ans me reproche parfois de ne pas être assez disponible pour jouer avec lui… parce que j’ai le nez collé à mon téléphone.
    Cependant, j’y trouve des inspirations, je découvre des marques engagées et des instagrameuses pleines de ressources.
    A moi maintenant de trouver le bon dosage.
    En tout cas, merci pour ce bel article et cette réflexion partagée.
    Et en attendant de vous lire encore et encore, je vous souhaite un très bel été.

  24. Fabienne says:

    Bravo ! Bravo d’oser le dire. Dans ce monde un peu trop souvent superficiel dans lequel nous vivons, si on refuse de rentrer dans un « moule », on est souvent catalogué de rabat joie, dans le meilleur des cas. Je pense également qu’il faut savoir garder son esprit critique, prendre du recul par rapport à tout ce qui nous est proposé sur internet, savoir reconnaître ce qui est bon pour soi sans se laisser happer par tout ce qui nous entoure. C’est faire preuve de force de caractère et d’indépendance que de refuser de suivre. Pour moi c’est rassurant d’avoir lu cet article de blog. Du coup je me sens moins seule 🙂

  25. Saria says:

    C’est vrai que ce sujet est dans l’air du temps… Personnellement j’adore instagram mais je suis surtout abonnée à des comptes qui font de très belles photos, comme bmandarines, avec un un univers très doux, apaisant… Ou alors des magazines de laine… mais en tout cas c’est clairement un autre niveau photo que le mien, et du coup ça ne me frustre pas puisque ça ne m’intéresse pas d’apprendre la photo. Alors je me contente de regarder ces jolies images, juste admirative, sans aucune pression !

  26. MALU says:

    Bonjour Mathilde,
    Je salue ton retour, j’ai lu ton « récit », effectivement, je t’approuve pour avoir eu ce retour sur ces nouvelles techniques à la mode) c’est sûr qu’il faut trier tout cela et savoir jeter ce qui ne convient plus… Chacun doit être ce qu’il a envie d’être, et non pas ce qu’il lit sur la toile… Personne n’est parfait loin de là.. Pour moi, je ne fais partie d’aucun réseau, je lis les blogs qui me conviennent, et j’ai su (je pense) garder ce que j’ai envie d’être BZ MALU

  27. Marie says:

    Contente de vous lire Mathilde et de savoir que votre silence n’est dû qu’à ce « trop du tout virtuel ». Surtout ne changez pas …restez ce que vous êtes et qui transparaît dans vos messages : une femme libre qui assume sa vie d’épouse , de mère et qui conjugue vie professionnelle et familiale. Et de plus quand vous prend l’envie de venir papoter avec nous qui vous suivons depuis longtemps c’est un vrai bonheur.
    Nul besoin d’afficher ce que l’on n’est pas.
    Alors je guetterai toujours votre nom lorsqu’il s’affichera parce que j’y trouverai toujours derrière une belle personne .

  28. Marie says:

    C’est justement des blogs et des comptes ig comme le tien qui me plaisent car il s’agit de refléter des moments simples et des goûts authentiques.
    Mieux vaut moins de présence mais un blog de qualité pour nous lecteurs. Et bien sûr, le respect de tes priorités et ta vie de famille.
    Alors bonne continuation et au plaisir de te relire, même épisodiquement!

  29. Nami says:

    Je te suis depuis des années parce que c’est ton blog qui m’a donné vraiment envie de me lancer dans la couture (J’étais tombée amoureuse d’une de tes créations, la robe Danielle de Burda si je me rappelle bien). Et si je continue de te suivre c’est surtout pour la qualité de ton écriture donc ça ne changera pas!

    Et je te rejoins sur Instagram: même si j’apprécie de suivre certains comptes, ça prend du temps et créé pas mal d’envies et de frustrations. Maintenant, j’essaye d’attendre plusieurs semaines avant de me jeter sur le dernier patron à la mode, ça me permet de prendre du recul et de voir si c’est juste une lubie passagère.

    Bonne continuation à toi 🙂

  30. nathalie says:

    Bonjour Mathilde!
    … et ravie de te retrouver : j’aime beaucoup tes petits billets qui retracent tellement la vraie vie… J’ai un compte instagram depuis peu, parce qu’avant mon téléphone n’était pas compatible… alors j’ai récupéré celui de mon aîné et ils m’ont donc mis ça en place… mais il reste simple : j’y mets quelques pièces de couture ou tricot dont je suis fière et que je veux partager (oui : je me fais plaisir…) et du coup je regarde un peu ce qu’il s’y passe (sur instagram)… et ce que j’y vois m’effraie un peu : tout ce déballage, toute cette « sponsorisation » mais oui, certains blogs sont des catalogues ambulants!!… et comme toi je ressentais parfois une dévalorisation de ma vie, de mes choix…..Dans un sens c’est bien cette ouverture, mais dans un autre…
    Tu vois, par exemple, je suis instit… et tous ces enfants dont on voit les mères qui les sur-alimentent à qui mieux mieux en activités type Montessori (ça commence à me plaire!! y’a pas que ça dans l’éducation : il faut varier les plaisirs, prendre chez chacun ce qui est intéressant!)…. hé bien lorsque je présente de nouveaux ateliers à mes élèves, je sens dans le regard, l’attitude de certains du « déjà vu », du « encooore!! » de la lassitude… et puis ils s’ennuient!! ben oui : ils l’ont déjà fait, en tête à tête avec leurs parents!! alors là, c’est la goutte d’eau de trop : au milieu des 31, entre l’autiste, la dys… et l’hyper actif….
    Bref, fin de moyenne section, ils comptent jusqu’à 2018, ils lisent déjà…. mais pas franchement envie d’aller tâter de la rigueur du CP car ils ont encore envie de jouer, de créer ces petits!!… alors ils vont encore s’ennuyer, à nous de créer d’autres activités… et à côté de ça le fossé se creuse avec les autres…
    Bref, je m’égare….tout ça pour te dire, que ta réflexion est saine, juste, raisonnée…. et je terminerai avec ces mots : « Do what you love and love what you do » (ce n’est pas moi qui l’ai inventée, c’était inscrit sur un bracelet et ça m’a tellement plu que je l’ai acheté!!)

    …. il me tarde quand même de te retrouver!!! bisous et bonnes vacances avec tes loulous : profite car ils grandissent trop vite nos petits et on est tellement happé par le travail, la vie…..pfffff…

  31. Adeline says:

    Bonjour,
    J’ai vraiment apprécié ton article, comme tout le contenu de ton blog. Je suis maman depuis 2 ans et je me mets beaucoup la pression sur ce que je veux pour ma famille, moi, ma fille (temps passé avec elle, bien manger,…) du coup je suis assez fatiguée et comme toi je crois que les réseaux sociaux n’y sont pas pour rien. Je voudrais coudre, lire, tricoter, cuisiner, faire du sport comme les instagrameuses que je suis,… Mais j’ai aussi un travail assez prenant.. Du coup j’ai toujours l’impression d’être sous l’eau et du coup je ne prends pas de plaisir dans ce que je fais. Quand j’ai vu ton article, ça a vraiment fait écho en moi. Et si je désinstallais Instagram ? J’ai récemment installé une application de digital détox pour me rendre compte du temps passé, c’est instructif. Je te suis et desinstalle j’espère que ça m’aidera aussi à être plus en phase avec moi-même !

  32. Carole Lombaire says:

    Ravie de savoir que tout va bien pour toi !
    Je suis passée par la même phase il y a quelques années, et si je n’ai pas désinstallé Instagram (trop de jolies photos !), j’ai largement levé le pied sur ma « vie virtuelle ».
    Bref, tout ça pour dire qu’à mon humble avis, tu as bien fait de prendre du recul, et du temps pour toi (ou pas, j’imagine qu’avec deux bambins ça ne doit pas être si évident !), et que je fais partie de celles qui continueront de te suivre à ton rythme !
    Bonne soirée 🙂

  33. elisabeth says:

    bonjour Mathilde
    comme je me reconnais dans ton récit. Je tente depuis quelques mois de prendre de la distance avec IG et You tube.Moi aussi j’étais sous influence des « vies parfaites » de la toile. je trouvais d’ailleurs la mienne très monotone et sans intérêt. Je m’étais imposé une cadence de couture et tricot infernale pour pouvoir alimenter mon blog de l’époque (je l’ai fermé depuis) toujours à essayer de prendre des photos les plus parfaites possible sur mes réalisations mais aussi mes sorties car il fallait aussi montrer que notre vie est « géniale » qu’on fait des tas de choses nous aussi !! et en plus moi qui suis assez influençable je n’échappais pas aux dictats de la mode et de la surconsommation grâce aux chères influenceuses. du net .
    Après les blogs des unes et des autres je me suis dirigé vers IG puis vers You tube. j’y passais un temps fou à regarder la vie des autres et à ne plus vivre la mienne. Même ma fille n’était pas aussi accro que moi !! ca fait peurJ
    usqu’au jour où je suis tombé sur une chaine you tube d’une fille minimaliste et de fil en aiguilles je me suis intéressé à tous ces gens qui me ressemblent plus et son en adéquation avec mes convictions. Le bonheur de la simplicité, l’art de vivre le moment présent et de savourer chaque petits instants avec ses proches et ses amis. C’est d’ailleurs pour cela que j’avais été attiré par ton blog car il montre une vie simple et pleine de petits bonheurs du quotidien. Alors surtout ne changes pas et c’est avec plaisir que je lirais tes publications même si elles sont plus rares.car elles reflèteront ton style si naturel que j’aime tant. Bel été.

  34. chantal says:

    Bonjour Mathilde!

    C’est chouette de retrouver un article par ici 🙂 .
    Je suis d’accord avec toi instagram c’est chronophage on veut l’utiliser pour trouver un peu d’inspiration mais on passe tellement de temps dessus que finalement on ne fait plus grand chose…
    J’apprécie tout particulièrement ton blog parce que tu es vraie avec tes lectrices (lecteurs?), tu as un univers poétique, doux et apaisant alors merci pour cette parenthèse que tu nous offre.
    A bientôt

  35. Sophie says:

    Bonsoir, je n’ai pas succombé aux sirenes d’IG et tiens un blog depuis des lustres, un blog très discret, aucune ambition de devenir une superstar de la blogosphère. Pour vivre heureux vivons cachés 🙂 Je me retrouve dans tout ce que tu as partagé dans ton billet et notamment sur l’écriture, oui c’est aussi mon petit terrain de jeux de mots, comme toi. Longue vie à ton blog qui ne doit être que plaisir et non une contrainte, et surtout reste libre de tes choix, de tes goûts, tu es chez toi !

  36. Amélie says:

    Bonjour Mathilde,
    Quel plaisir de recevoir la newsletter ce matin ! Je n’ai jamais commenté tes articles (je me permets de te tutoyer) mais les ai tous lu et apprécie particulièrement ton écriture, ton univers.
    Je partage ton avis sur Instagram. J’ai beaucoup hésité avant de m’y inscrire il y a un an. Je l’ai fais dans l’idée de partager mes quelques coutures. Bien que n’ayant pas l’application sur mon téléphone (aucune application d’ailleurs, j’ai choisis d’avoir juste un téléphone qui téléphone et envoie des sms !), je me suis rendue compte du temps que je passais le soir sur ma tablette à constater tout ce que les autres faisaient, quand avant je tricotais, faisais quelques finitions couture à la main, ou lisais. J’accumulais des to-do listes, et aussi beaucoup de frustration parce que malheureusement le temps manque ! Au final cette activité chronophage me donnait plus un sentiment de mal-être qu’autre chose.
    Mon second enfant va naître dans quelques jours (et le temps libre va s’échapper, du moins un certain temps !), j’ai arrêté de coudre au début de ma grossesse : pas envie, et pas envie de me forcer. Et cela sans culpabiliser. Je me « restreins » à 2/3 consultations d’IG par jour, et surtout j’ai repris la lecture, réduis les to-do listes au strict nécessaire. J’ai finis tranquillement tous mes encours, réalisé quelques cousettes pour bébé, tout ça sans me forcer, juste parce que j’en avais envie. Je me concentre sur le présent, sur les gens que je fréquente dans la « vraie vie » et me fixe des objectifs réalisables en accord avec mes convictions (une juste consommation, moins mais mieux). Je me sens beaucoup mieux, et moins stressée.
    En tout cas, ce sera toujours un plaisir de te lire, à ton rythme, quel que soit le sujet !
    Amélie

  37. Béatrice Crucifix says:

    Comme plusieurs de vos lectrices, votre absence m’ a inquiétée, Me voilà rassurée et admirative de vos réflexions et attitude. Je ne tiens pas de blog ni de compte IG, j ‘essaie de ne pas passer trop de temps devant mon écran… ..Pas facile….Votre authenticité me plaît. Bel été à vous et votre famille Béatrice

  38. Chrystelle says:

    Bonjour Mathilde,
    J’aime bcp ton blog, un des premiers que je regarde régulièrement . Il degage une atmosphère paisible et sereine.
    Les réseaux sociaux, je ne suis que IG, pour l’inspiration des autres tricoteuses et couturières. Au debut effectivement je me disais que je ne tricotais pas assez vite que je ne cousais pas assez mais rapidement j’ai pris le recul nécessaire.
    Ma vie me satisfait avec des enfants adorables, un style de vie sans trop de consommation et avec la lenteur nécessaire et IG me sert pour l’inspiration sans envier les autres.

  39. Céline says:

    Bonjour Mathilde,

    je comprends parfaitement ta réflexion et je la partage, pour moi, tu es dans « le vrai » et tu as tout compris.

    Je lis ton blog depuis longtemps et j’apprécie ton authenticité et ta douceur (et tu écris si bien).

    J’ai l’appli IG depuis quelques années et je passe mon temps à l’installer et la désinstaller (je précise que je ne poste rien mais je suis des comptes). Il y a vraiment ce côté addictif et chronophage et comme je n’ai pas confiance en moi, j’ai vite fait de me sentir nulle! C’est drôle ce que tu dis, car je me sens justement inférieure à des « modèles » comme toi, alors que tu expliques toi-même ressentir cela par rapport à d’autres, on se compare tout le temps c’est trop triste!

    Je suis certaines personnes qui postent et font des « stories » plusieurs fois par jour de tout et rien (et bien sûr les enfants sont filmés), je regarde et je me sens stupide de passer du temps sur ça, et je trouve cela effrayant et triste pour tout le monde au final, les gens deviennent-ils spectateurs de leurs vies et de celles des autres?

    Je serais heureuse de continuer à te lire ici, même si c’est 2 fois par an comme expliqué dans un autre commentaire. Je te souhaite une belle vie et beaucoup de bonheur (mais tu me sembles douée pour ça). ^^

    Bises!

  40. Rebeccq says:

    Tres bel article et surtout choix de vie plus douce et plus saine, non polluée par tout ce que tu énumère ! sois toi meme sans vouloir mettre la barre trop haute, ni te sentir dévalorisée !
    Tu es une tres belle personne et je serai toujours heureuse de te lire !
    Je t embrasse
    Marité

  41. unebagatelle says:

    Oh que non tu n’es pas la seule (et le nombre de commentaires semble converger dans ce sens…) !
    Je me retrouve malheureusement aussi dans tout ce que tu décris : léger manque de confiance en soi, captivée/intimidée/pétrifiée par tous ces comptes IG qui donnent à voir le beau et seulement le beau. J’ai beau savoir que c’est un peu le but de la chose, ça n’empêche évidemment pas, en creux, l’inévitable comparaison.
    « Donc là moi je suis devant un écran en train de fantasmer sur l’apparente vie parfaite de cette femme plutôt que de vivre la mienne de vie, profiter des miens, me remettre derrière ma machine, lire un livre, regarder par la fenêtre, etc ». Et systématiquement ça me met en colère contre moi-même et systématiquement je continue.
    L’arrivée de mon fils m’a considérablement faite réduire le temps passé derrière ma machine à coudre alors que j’aime pourtant toujours autant ça. A la place je regarde ce que les autres font et je fantasme à l’idée de ce que je pourrais faire : mais je reste inactive et passive.
    Je commence seulement, moi aussi, à me dire qu’il faudrait déconnecter.
    Je crois que ton article vient de me convaincre de sauter le pas, un peu de digital detox ressemble à un chouette programme estival.

    Merci pour cet article et pour ces belles et simples inspirations que tu transmets !

    Pauline

  42. Emma says:

    Bonjour Mathilde, juste un petit mot pour te dire que c’est ton blog que j’ai découvert en premier grâce à prima. C’est toi qui m’a donné l’envie de coudre, et tu m’a même gentiment conseillé. Je suis dans la même démarche que toi, instagram me rendais plus malheureuse qu’autre chose! Je me sentais nulle, ma vie triste, ma région inintéressante, ma maison pas assez décorée etc…. min mari ma dit stop et j’ai pris conscience que cela était vraiment néfaste pour moi et ma famille. Je suis ravie que tu partage alors mon avis sur le sujet. Je continue toujours de suivre ton blog avec énormément de plaisir, c’est comme lire un bon livre, je m’installe confortablement et je profite de cette lecture et de tes jolies photos. Reste comme tu es, tu as du talent, beaucoup de goût, et tu es une belle personne. Amicalement, Emma une fidèle lectrice.

  43. severine noyelle says:

    bonjour Mathilde, ça fait des années que je suis ton blog et que je te suis avec tes intérieurs avec moulures et parquets, tes cousettes et tes réflexions sur tes lectures ou autres…je suis sur instagram et mon éloignement géographique fait que je ne peux pas vraiment être influencé par tout ça … ici ça n’existe pas et je me rends compte que l’on est protégé, je poste pour moi et mes amis qui me suivent, je cherche sur ig les commentaires de certaines sur les patrons que je veux coudre comme je le faisais sur les blogs et des idées déco et diy etc. bonne journée et reviens quand tu veux 😉

  44. Adeline GRIMAUD says:

    Un article de retour et un très bon article ! Même s’il n’est pas de couture, ni de tricot… Tes envies de « parler d’autres choses » me rejoignent complètement aussi ! Je me dis moi aussi, surtout en te lisant aujourd’hui, que je passe beaucoup de temps sur IG, notamment le soir au coucher – c’était mon moment où je lisais notamment, ce que je fais de moins en moins (!)… Oups !
    Un petit signal d’alarme qui fait du bien pour remettre les pendules à l’heure sur ce qui nous fait du bien et ce dont on a vraiment envie… MERCI !
    Et au plaisir de te lire… !

  45. Micoton says:

    Contente de savoir que tout va bien pour toi et ta petite famille !
    Je te rejoins parfaitement dans ce que tu écris, et j’ai plusieurs fois eu envie de désinstaller cette fameuse application si chronophage et génératrice de tentations… Mais je n’ai pas encore sauté le pas. Je suis néanmoins en train d’effectuer un gros tri dans mes abonnements pour ne garder plus ou moins que les comptes que je suivais auparavant par blogs interposés.
    J’espère que tu continueras à venir écrire par ici car j’ai beaucoup de plaisir à venir te lire et trouve toujours tes réflexions très intéressantes. Mais bien sûr, profite de ta famille et de ton été avant tout !

  46. liloudelaperelle says:

    Bonjour,
    Je suis contente de voir un article sur le blog car j’adore les blogs et le tien fait partie de ceux que j’aime suivre. Je suis sur IG depuis 6 mois, un peu car les bloggeuses sont parties là bas et que je voulais continuer à les suivre, et un peu car pour une fois, je voulais être sur un réseau social car je couds, je tricote…Bref, j’avais envie de partager un peu aussi. Après le MeMadeMay auquel j’ai participé, j’ai saturé. J’ai toujours su que IG pouvait être très addictif et j’ai compris que j’y passais trop de temps et que cela m’en prenait trop, surtout sur mon temps de lecture d’ailleurs. Et que je me mettais de la pression pour répondre à un défi qui n’existe que dans ma tête. Et si un jour je n’ai pas une tenue fait main, il se passe quoi? La foudre me tombe sur la tête? J’ai levé le pied et c’est aussi bien. De ce fait, je comprends bien que, pour toi, qui est très suivie, avec ton blog très joli, tes réalisations bien présentées, tu ressentes une pression qui devient absurde. On a envie de partager et finalement on se retrouve à vouloir être aimé. J’espère qu’on te reverra sur ton blog pour de beaux partages, souhaitant qu’ils te fassent plaisir autant qu’à nous.

  47. Thaysisi says:

    Bonjour,
    Je suis ravie que vous alliez bien. Nous ne nous connaissons pas mais comme je vous lis régulièrement, vous faites un peu partie de ma vie. Je n’ai pas de compte ig ou quoi que ce soit d autre mais je suis quelques comptes. C est vrai que certains d’entre eux donneraient des complexes : productin effrénée, couture fabuleuse. J’ai donc, comme vous des moments où je me sens très nulle ! Mais je tente de relativiser, je n y arrive pas toujours. Mais au diable les super womem qui savent tenir leur maison nickel qui mitonnent des super repas qui ont des super gosses et qui en plus cousent des trucs de ouf. Vive l imperfection et la vraie vie. A bientot

  48. Amandine says:

    Ouh que ça fait plaisir de lire de telles réflexions. Je me sens également moins seule, simplement Merci.

    Instagram nous rendrait-il chèvre ? 😉

    Perso, il fait partie de mes outils de travail mais j’ai également besoin de faire des pauses car je me sens souvent à côté de la plaque de cette mouvance à faire des photos à tout bout de champs telles des cartes postales trop belles pour être vraies.
    Tout à fait d’accord avec le fait que notre cerveau se met vite en mode > c’est trop beau, je n’aurai jamais eu l’idée de faire ça comme ça/ni le temps > je suis nulle > je deviens passive > c’est tellement plus simple de passer son temps à voir de la beauté et d’en rêver sur son écran…

    J’espère te revoir animer souvent ton blog même pour des articles n’ayant rien à voir avec la couture/tricot, peut-être redonnerais-tu envie de s’y remettre à d’autres (comme moi par exemple 😉 ?

  49. Elodie says:

    Hello,

    Très contente de pouvoir te relire!

    Je comprends totalement ce que tu veux dire.
    Gros gros ras-le-bol d’Instagram depuis quelques temps… Je n’en peux plus des partenariats à tout va (toujours les mêmes en plus…), des injonctions à liker, à commenter… Je trouve cela indécent et terriblement égocentrique (et accessoirement hors réalité).

    Marre de cette uniformisation des goûts, des couleurs, des images, des poses qui sonnent faux mais que tout le monde reproduit, uniformisation qui va jusqu’au « langage » utilisé sur ce réseau « social ».. les mêmes expressions, les mêmes façons de parler pour légender sa photo ou commenter celle des autres. On parle d’amoureux pas de mari, de kids pas d’enfants, on moutonne à tout va…

    Quel ennui et quelle galère parfois de se détacher de tout ça, de prendre du recul, même si l’on sait au fond, que ce qu’on voit n’est que ce que l’on veut bien nous montrer… Même les gens qui se veulent authentiques finissent pas avoir l’air « fake » dans leur volonté de se démarquer… c’est triste. Je fais mon possible pour utiliser Instagram pour ce qu’il était avant que le fric, l’ego, et l’autopromotion à outrance n’en fasse ce qu’il est devenu aujourd’hui… un simple « lieu » de divertissement… et je tâche de garder mes distances, de ne pas me laisser influencer, mais ce n’est pas évident.

  50. Frimousse says:

    Bonjour !
    Je suis « rassurée » de voir que tout va bien pour toi et les tiens. C’est un peu bête mais c’est vrai qu’un silence amène toujours des questions et des inquiétudes, alors qu’on ne se connais même pas !
    Je n’ai pas eu le courage de lire les (nombreux) commentaires précédents, donc je vais peut-être redire des choses qui ont déjà été dites !
    Je suis complètement en phase avec toi sur la toxicité des Instagram et autres réseaux qui nous donnent toujours l’impression d’avoir des vies toutes pourries en comparaison… Et je ne veux même pas penser au temps que j’y passe chaque jour et que je pourrais utiliser pour fair tout autre chose…
    Je me reconnais complètement quand tu dis être très perfectionniste, peu sûre de toi, et te mettre toujours la pression, j’ai l’impression que tu parles de moi ! J’essaie moi aussi de prendre du recul sur ce que je fais, et sur comment je vis, mais je ne suis pas aussi avancée que toi dans ma réflexion ! J’essaie également de moins me mettre la pression et de mieux apprécier les résultats de mon travail, même quand il n’est pas parfait.
    En tout cas je te souhaite de retrouver un équilibre entre ta vie de maman, de femme active (bientôt), de couturière, de tricoteuse, de liseuse,…
    Et au plaisir de te lire ici de temps en temps, au gré de tes envies !

  51. Katy says:

    Ravie que tu aille bien. Tout à fait d’accord, de toute façon, la femme parfaite n’existe pas . Ce qu’essaie de nous vendre les publicitaires et internet . Prends soin de toi et de ta famille et reviens nous voir quand cela te fais plaisir. Bonne journée.
    Ps : j’ai essayé de faire court, car d’après ce que j’ai lu, il va te falloir du temps pour lire tous les commentaires. Bises

  52. watougou says:

    Non, non, non tu n’es pas la seule, rassure-toi! Je n’ai jamais été une productrice d’articles de blog assidue, seulement au gré de mes envies mais même comme çà j’ai ressenti les effets pervers du net… Comme pour tous les réseaux sociaux, il convient d’y faire le tri entre les personnes saines et authentiques avec qui il est agréable d’échanger ou de partager, et celles qui ne voient là qu’une béquille narcissique leur permettant d’avoir l’impression d’exister ou d’être célèbre. On sent bien que pour certains, Instagram est devenu le Paris-Match de l’anonyme. Et je ne parle même pas de ce que tu évoques concernant les photos de tes enfants… Je ne connaissais pas cette dérive là. Quelle horreur. Alors tous les ans je déconnecte totalement pendant les grandes vacances, du moins depuis que j’ai mon fils, et cela me fait un bien fou. Donc je te comprends très, très bien. Profite bien de ta vraie vie et au plaisir de te retrouver par ici pour de nouvelles réflexions enrichissantes. Bel été à toi!

  53. DelphineBt says:

    Ravie de votre retour, même avec des messages plus rares ! Je vais dans votre sens à 100 % : pour ma part je passe pour une « arriérée » aux yeux de certaines personnes accro à leur téléphone. Chez moi le téléphone sert UNIQUEMENT à téléphoner ! Je n’ai pas Instagram et cela ne me fait pas envie ! Je suis un peu les tendances via quelques blogs que je vais voir de moi-même quand j’en ai envie, sans que des notifications ne m’y « obligent », et j’adore Pinterest où j’admire beaucoup de choses, pas forcément récentes mais je m’en fiche ! J’ai craqué la semaine dernière sur un châle publié sur un blog il y a…3 ans ! mais s’il me plaît à moi là tout de suite, pourquoi je ne pourrais pas l’aimer, parce qu’il n’est plus « tendance » ? fiou ! depuis que j’ai décidé de ralentir et d’assumer mes passions, je me sens beaucoup plus zen, et adieu les maux de ventre !
    Je suis sûre que cette prise de conscience va vous faire un bien fou ! Bravo pour avoir décroché et à bientôt, ou pas ! 🙂

  54. Meugleu says:

    Comme tes nombreuses lectrices ci-dessus j’aime beaucoup cet article qui est fait écho à ce que je ressens. J’ai installé une appli pour essayer de réfréner mon utilisation d’Insta (un comble) mais ça ne marche pas très bien. J’aimerai avoir ton courage et désinstaller l’appli. Mais je me trouve des excuses (ya mon cousin, ma voisine, mon amie d’enfance – rayer la mention inutile). Et pourtant je sens l’impact négatif que ce réseau social a pu avoir sur moi (moins en ce moment mais j’y passe quand même beaucoup trop de temps).
    Merci pour ton article, tes réflexions et je vais de ce pas m’abonner à la newsletter pour être informée du prochain même s’il arrive dans plusieurs mois.
    Passe un bel été

  55. Marion Bergamote says:

    Il y a 2 ans, j’avais un compte IG puis, sur un coup de tête, je l’avais supprimé… Puis l’année dernière, j’en ai ressenti à nouveau le « besoin ». Je l’ai ré-installé. Je consultais plusieurs fois par jour, ça en devenait addictif effectivement. J’ai enlevé l’appli de mon téléphone pour ne le consulter qu’à la maison sur la tablette… C’est plutôt efficace, j’y allais moins.
    Ensuite, je suis restée plusieurs mois à la maison pour mon congé mat’, et IG était devenu mon échappatoire. Pour les mêmes raisons qu’évoquées dans ton article, finalement, je me suis sentie envahie par les patrons à avoir, les robes à coudre, les tissus à acheter, les laines à tricoter… et j’en passe ! Bref, un peu écœurée par ces panneaux publicitaires humaines…
    Depuis, j’ai repris le travail, mon temps (et mon énergie) sont devenus encore plus précieux. Je ne suis plus à jour sur les réseaux sociaux, mais je regarde encore les créas des copines de la vraie vie, de temps en temps.
    De l’inspiration? Des idées? J’en ai à revendre, je n’ai pas besoin d’IG pour cela. Je vais naturellement vers une « digital détox » ; en ne prenant du monde virtuel que le strict minimum… et de la qualité (et non la quantité).
    Merci pour ce nouvel article. Bel été (courage, bientôt les « bonnes » saisons et le retour des pulls).

  56. Lujayne says:

    Merci Mathilde pour ce bel article, très juste comme d’habitude.
    C’est sûr qu’Insta est addictif, et tu as bien raison de revenir aux vraies bases et surtout te faire plaisir !
    J’aime bien Insta mais je peux passer une semaine sans y aller, et tant pis si je rate des choses. Pareil pour mon blog, j’ai honte mais ça fait des mois que je ne l’ai plus mis à jour… et tant pis ! L’important c’est de profiter des moments de calme pour faire ce que l’on veut… que ce soit lire, coudre, dormir ou bien encore écrire un article de blog sans se mettre la pression !
    Très contente de te lire de nouveau malgré tout 😉

  57. powings says:

    J’ai jamais eu ce ressenti car je ne me compare pas trop avec ce que les autres font.
    J’ai un blog depuis des années et j’ai toujours écrit des articles divers et variés donc je ne « m’enfermais » pas dans une ligne éditoriale et acceptais donc de ne pas coudre 10 vetements par mois…
    Pour instagram, j’ai fait un peu de tri je suis moins de compte « influenceuse » et plus de compte de partage du quotidien avec des couturieres…pour moi instagram c’est partager son quotidien et non pas partager ce que les gens veulent lire…
    Tu as bien fait de prendre du temps pour toi comme tu l’entends.
    Mais je comprends aussi les attentes que tu as en tant que perfectionniste. J’aimerai reprendre un peu mon blog mais je sais très bien que si personne ne lit ni ne commente je trouverai ça dommage car c’est de l’échange que je cherche…éternelle insatisfaite mais le principal étant de savoir ce que tu veux…

  58. Martine says:

    Bien vu !!! Comme ton analyse est pertinente… C’est tout-à-fait la constatation que je fais. Moi qui vis sans télé, retirée à la campagne, je n’ai pas de blog mais suis abonnée à de nombreux qui font rêver…enfin, est-ce un rêve de faire tant de choses? Pinterest m’envoie un mail et paf, deux heures de distraction… Je repeins les murs de mes pièces à vivre pendant mes vacances. Ben j’y retourne parce que je le vaux bien ! Nul besoin de copier les autres, rester soi-même est parfait mais ça demande une sacrée résistance… Ta route s’annonce très belle ! Plein de bisous.

  59. Anna says:

    Une fois de plus, ton article est dans l’air du temps. Tu nous donnes de quoi réfléchir, une proposition de piste à suivre. Etre soi-même plutôt que gérer son image ou rêver de ressembler aux autres.
    Merci à toi.
    Anna

  60. Claire Equine says:

    Bonjour Mathilde, je crois bien que je n’ai jamais commenté ton blog pourtant je le suis depuis longtemps, un peu comme tu écris, en dilettante, quand j’y pense, que j’ai un moment à moi et que j’ai envie de faire un petit tour chez toi. Ta réflexion, ta sobriété et ta singularité te rendent très attachante, reste comme tu es, et profites de ta famille, c’est le plus important. Ceci dit, j’espère quand même revoir parfois un petit mot de toi, j’aimais beaucoup suivre tes jolies cousettes et projets tricot, quand tu seras prête ! A bientôt et bel été à toi ! Claire

  61. Pruline says:

    Bonjour,
    Quel joli article. C’est exactement le même cheminement que celui que j’ai eu il y a un an. La sphère des blogs/réseaux sociaux est un magnifique monde de créativité mais a aussi son dark side, le piège des trop belles photos et des personnes qui ont l’air d’avoir des vies de rêves.
    Le recul m’a permis d’etre plus en accord avec moi même, moins d’influence. Je produits plus mais le blog me manque. Je me fais une raison je ne peux pas tout gérer et il a fallu que je fasse des choix.
    J’espère que tu trouveras ton équilibre, celui à toi qui te convient.
    Au plaisir de te croiser dans le quartier

  62. AURELIE says:

    Bonjour Mathilde,
    J’aime votre blog depuis que je le suis car, justement, vous ne « moutonnez » pas. Tricotez du bon vieux Phildar et coudre du Burda, ça relève du tour de force : quelle singularité !
    Je n’en peux plus des blogs ou comptes insta de ces « supers nanas » qui postent tous les jours, ont la même déco, cuisinent les mêmes recettes vegan et sur-exposent leurs enfants et leur famille…Et pour peu que leur mère en rajoute une couche avec des « tu es parfaite ma chérie jolie », on verse carrément dans le ridicule.
    Pour moi, il y a 2 adresses qui comptent  » Félicie » et « Encre violette » : pas d’égo démesuré, ni de soupçon de mise en scène qui viennent dénaturer la sincérité du message et du plaisir de partager.
    A vous lire lors d’un prochain billet.

  63. Vivie1917 says:

    C’est exactement pour ce genre d’article que j’ai aimé votre blog, pcq c’est la vrai vie, les questions qu’on se pose tous un jour. Je m’inquiétais du silence mais j’ai pas voulu écrire pcq je me suis dis il doit y avoir une rasion. J’espèrais juste que ce ne soit pas pour quelque chose de grave !
    J’avoue que je me disais ça doit être dure à gérer un blog et la vie de famille.
    J’adore ce principe de partage et je voulais me lancer dans un blog mais la peur de ne penser et vivre que pour ça m’a arrêter plus d’une fois.
    En tout cas merci pour ce nouveau partage de vie qui amène à réfléchir.
    C’est pas facile de rester loin de toutes ces applications et de vivre sa vie tout simplement. Parfois ça fait du bien de couper, mais c’est aussi génial internet pour tous ces partages de questionnement. Ça rassure, on se sent moins seul à se poser les mêmes questions.
    Encore merci
    Continuer à profiter de votre vie et à nous faire partager vos questionnement quand l’envie vous prend et pas par pression

  64. Marion says:

    Bonjour,
    J’ai aimé lire cet article et je trouve ça intéressant. Dès que je suis tombée sur votre blog, je l’ai aimé. Un blog, c’est une fenêtre sur la vie de son auteur et dans la mesure où l’auteur en question est une « vraie » personne, l’irrégularité fait partie du jeu, au même titre que la « non-perfection ». Les réseaux sociaux ne sont qu’un encouragement à une course à la vitrine la plus parfaite, ça n’est qu’une vitrine. Si il est agréable de pouvoir partager ce que l’on fait pour avoir des retours par exemple, il n’est pas agréable de tomber dans la spirale dont vous parlez. Je suis admirative de la force que vous avez eu de pouvoir prendre du recul et de faire le point, tout le monde ne le fait pas. Bravo !
    Enfin, je terminerai en disant tout de même que je ne suis pas d’accord avec « vos modestes talents de couturière ou de tricoteuse », quand j’ai découvert votre blog, je débutais et j’étais (et je suis encore) admirative devant vos cousettes et tricot !
    Bonne continuation et au plaisir de vous lire,
    Marion

  65. Les bobines sans théine says:

    Bonjour Mathilde,

    J’ai également eu cette période que tu décris : on voit trop de choses, on s’oublie, on culpabilise de ne pas faire aussi bien que tout ce que l’on voit… On veut lire//coudre/tricoter quelque chose qui au final ne nous aurait pas attiré…
    Je n’ai jamais eu internet sur mon téléphone portable mais je passais quand même beaucoup trop de temps à regarder les blogs via mon ordinateur. Ma solution a été de me désabonner d’internet (plus de box à mon domicile) (bien sûr mon conjoint était d’accord pour tenter l’aventure). Cela fait 1 an et demi que nous nous connectons à internet seulement lorsque nous allons faire un tour à la bibliothèque (des ordinateurs connectés sont à disposition gratuitement). Le résultat est là : beaucoup de temps pour soi et ses proches, moins de couture mais de meilleure qualité ou du moins mûrement réfléchie, de grosses économies aussi au passage.

    Car même si nous nous connectons sur internet à la bibliothèque nous avons rarement le temps de « flâner sur les blogs » car la priorité est ailleurs (répondre aux mails de la semaine, se renseigner sur des choses précises, etc…)
    Aujourd’hui, par exemple, j’ai du temps alors je suis venue voir ton blog que j’aimais lire à l’époque !

    Bonne continuation dans ta vie réelle 🙂

  66. Julie says:

    Coucou Mathilde!
    Fidèle lectrice de ton blog depuis longtemps maintenant, j’apprécie l’authenticité de tes articles et j’adore tes réalisations. Je préfère largement ce genre de blog qui a peut être un peu moins de lecteurs mais qui garde l’esprit des débuts : le plaisir et le partage ! Je me suis lancée moi même dans un blog, Instagram etc.. aujourd’hui je me pose les mêmes questions que toi, la course aux partenariats et aux « followers » fait rage sur Instagram, tout comme le côté « toujours plus » : il faut absolument tester le dernier patron ou avoir le dernier tissu de telle marque… tout cela peut être inspirant parfois, mais je trouve cela épuisant ! Je me suis dit comme toi qu’abandonner mon blog serait dommage, alors je vais continuer à poster sur celui ci quand j’en aurai envie! Merci à toi d’avoir partager ton ressenti !:) et je continuerais à venir te lire par ici avec plaisir !:)
    Julie

Laisser un commentaire